Carton et papier : La France prend le pli et s’inspire de la déco japonaise

Décryptage tendance déco

 

Capture d’écran 2016-07-05 à 22.33.42

Elle a envahi les vitrines des magasins bien avant l’exposition d’Ai Wei Wei au Bon Marché à Paris et séduit de plus en plus les adeptes du pliage et de la décoration écolo.Focus sur ces enseignes françaises qui vendent des accessoires et du mobilier en carton ou papier, conçus par de nombreux créateurs et éco-designers et qui s’inspirent du savoir faire japonais.

Qui ne s’est jamais enfermé dans la cuisine pour s’initier au Do It Yourself et suivre un tutoriel de bloggeuse ? En effet, il semblerait que depuis l’apparition de cette tendance « design écolo » qui privilégie la conception de mobilier et accessoires en papier, origami, carton et autres matières biodégradables, les particuliers se sentent pousser des ailes. Une inspiration soudaine à la caisse (achat impulsif) ou chez eux, lorsqu’ils découvrent avec surprise que l’on peut transformer l’apparence d’un objet en quelques retouches ? Mais la question est : Par quels designers sont-ils inspirés ? Et qui sont ces enseignes françaises à s’intéresser à l’art de vivre japonais ?

Plutôt tradition que tendance

 Si vous ne suivez un cours d’origami d’Adeline Klam ou d’Eric Vigier, le « plieur fou », que depuis quelques semaines, sachez que cette technique date du IIème siècle avant JC ! Autant dire que nos ancêtres japonais avaient déjà personnalisé la décoration de leur intérieur avec des matières du quotidien… Et nous l’avaient fait savoir lors de leur première participation à l’Exposition universelle de Paris en 1867. Et puis, ceux qui sont passés par l’exposition Paris-Origami au Carrousel du Louvre, en mars 1998 se souviendront du don du japonais Akira Yoshizawa pour le pliage…

Papiers froissés et origami sous toutes leurs formes

Aussi depuis quelques années, le marché de l’accessoire français a pris le pli. Il s’inspire de plus en plus de cet art de vivre. Néanmoins, il semble le mettre en avant par souci d’innovation plutôt que pour prouver son intérêt à l’environnement, à sa clientèle responsable. Mais par quels moyens ?

En multipliant les collaborations avec des designers étrangers ou français et en faisant fabriquer des produits dits « innovants » en matières naturelles ; papier mâché, papier de lin, qui passent au premier plan. Ils sont plus légers, plus faciles à monter ou à déplier contrairement à des gammes en plastique ou en métal.
Linéaires et géométriques, les lampes rondes appelées « lampions », « cocons » sont de plus en plus présentés au sein de collections dites handmade ou « japonisantes » dans les grands étalages de la capitale (et les arbres et la production de polystyrène alors ?).

Si vous vous souvenez des luminaires d’ Isamu Noguchi, en papier de mûrier, bambou et fils de soie, vous trouverez peut-être une ressemblance dans ses travaux avec les œuvres de la française Céline Wright ou avec celles de Céline et du designer et menuisier Franck Divay du studio inoow.

Néanmoins, les matières ne sont pas les mêmes. Alors les collections du BHV, de La Redoute, de Cyrillus, Alinéa ou Maisons du monde, s’inspirent-elles des mêmes œuvres en fixant des prix plus bas ? De toute évidence…

Toujours au dessus de nos têtes, on peut également découvrir les conceptions insolites du « sculpteur de papier » Junior Fritz Jacquet, distribuées chez Roche Bobois. L’artiste imagine des luminaires crées dans des boules de papier, qui une fois munis d’une ampoule ressemblent à des nuages.

Enfin, l’origami se décline dans les causeuses. Et c’est ce que prouve le projet des frères bretons Bouroullec, (deux anciens de l’école Nationale des Arts Décoratifs qui ont collaboré avec Issey Miyake): les coutures de leur fauteuil Facett rappellent la symétrie de ces découpes précises et fantaisistes.

Le mobilier en carton décolle. 

Quant à la vente de mobilier en carton, elle décolle grâce à la fabrication de kits. Certains sont même prédécoupés et conçus dans le but d’être assemblés quelques minutes après l’achat. Comme avec Oorika, une société spécialisé dans la confection d’étagères, dressings et portants.
Et puis, il y à des produits taillés dans le carton « de luxe ». L’entreprise bordelaise Stooly, par exemple allie écologie et pratique en proposant à sa clientèle des meubles dépliants (comme un accordéon). Tabourets, poufs et bancs pouvant supporter le poids de 7 personnes sont ainsi disponibles en ligne. Une entreprise en concurrence avec Mynaturebox, qui elle propose des stands et des scénographies sur mesure aux entreprises. Enfin, Designers avenue met fin aux trophée de chasse véridiques et propose aux décorateurs d’accrocher des bustes d’animaux crées à base d’une superposition de lamelles de carton. Un concept semblable chez Quartdepoil qui commercialise des accessoires de bureau. Le carton perd alors de son aspect « déménagement » et devient une matière à sculpter, au même titre que le bois. L’entreprise y découpe des arbres, des reproductions de tour Eiffel et même des petits vases équipés d’éprouvettes. Une idée conçue par la designer Marion Moussu, récompensée par le Prix Innovation au salon « Cadeau & Entreprise », en septembre 2002.

Sans doute la Japan Best lancée par Thierry Lamoine pour la première fois en 2013 à Paris, a t’-elle renforcé l’intégration de la création japonaise au marché français? Ou bien est-ce un besoin de se sentir éco-responsable après la COP 21 ? Il y a de cela, oui mais le Do It Yourself reste le meilleur moyen de propager des conseils à des auditeurs curieux. Les marques l’ont bien compris et s’en servent pour fidéliser leur clientèle par le biais de leurs sites web. Elles aussi proposent des tutoriels pour apprendre en ligne.

Et si la sélection ne s’accorde pas avec les tonalités de votre salon, vous pouvez toujours planifier de quitter la France pour vous rendre à Riga en Lettonie. Vous aurez peut-être la chance de tester Dôme parmi les premiers;  une tente en forme d’origami, mise en place par un cabinet d’architecture nommé No Rules Just Architecture.

Pour en savoir plus sur les relations France-Japon 

Pour découvrir d’autres projets en origami

La lampe origami de Thomas Hick

La porte coulissante de Klemens Torggler

Les installations lumineuses d’Amaury Dubois

Et cela se décline aussi dans les tapis, signés Nendo.

Valentine Puaux

 

Advertisements

Si ça vous plait, vous pouvez commenter. Renseignez un mail ou un nom pour que je puisse vous faire un retour. Merci de votre visite !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s