Grand Musée du parfum à Paris : l’expérience qui réveille les sens

museeparfum-illustration-vpuaux

Après 2 ans de discussions, le Musée du Parfum ouvre enfin ses portes à Paris dans le 8 ème arrondissement. Un nouvel espace qui propose aux visiteurs de découvrir un parcours sensoriel au travers d’une visite historique et ludique. Découverte de deux installations inédites qui sollicitent le nez et la mémoire.

Le Bon gros géant de  Roald Dahl y aurait trouvé son bonheur. Après deux ans de discussions et la création d’un comité scientifique *, le Musée du parfum ouvre ses portes à Paris et s’installe au cœur même d’un hôtel particulier, construit avant le XVème siècle. Un bâtiment qui a d’ailleurs abrité l’ancienne maison Christian Lacroix. Désormais et pour la première fois, il renferme près de 70 odeurs mystérieuses entre ses murs.

Le laboratoire des senteurs

Après un tour au sous-sol, consacré à l’Histoire du parfum, nous rencontrons Guillaume de Maussion, le président et associé fondateur du Musée et partons avec lui, à la découverte du laboratoire des senteurs. Là, nous pénétrons dans une salle insolite ; une pièce consacrée à la mémoire, qui met en valeur un dispositif olfactif. Une installation réalisée avec des tiges de fleurs en plastique, regroupant des senteurs de l’enfance.

« On a placé des capteurs de présence dans ces fausses fleurs. Ce qui permet de diffuser l’odeur quand on s’approche de la zone. »

museeparfumvalentinepuaux-2

En réalité, si le musée a misé sur une scénographie assez « nature », celle-ci s’appuie également sur un parcours « sur mesure ». Conçue pour être « ludique et accessible à tous. », la structure a été pensée pour la taille des plus grands, comme pour celle des plus petits. « Avec les scénographes, nous avons décidé de placer les odeurs faciles à reconnaître en bas, à la hauteur des enfants. Et des odeurs plus complexes, en hauteur pour solliciter les adultes. », décrypte Guillaume de Maussion. Et si les curieux qui ne connaissent rien à cette chimie, l’expérience est accessible à tous.

« C’est un lieu ouvert à tous. On n’a pas besoin d’avoir un savoir élitiste pour venir, puisque cette exposition est basée sur les sens. Certes, on a choisi les codes du luxe mais le but n’était pas d’en faire une expérience trop exclusive. On espère satisfaire tout le monde. »

On hume une dernière fois l’odeur de la rose, de la menthe et de la barbe-à-papa avant de rejoindre l’atelier du parfumeur.

cabinetparfumvalentinepuaux.jpg

L’atelier du parfumeur

A l’étage, loin du cabinet de curiosités, de ses bocaux, pipettes et cloches de verre, c’est tout un espace dédié aux projets de jeunes designers, qui a été aménagé. Nous découvrons Blossom, le projet de Violette Houot. Fraîchement diplômée de l’école supérieure d’arts graphiques Peninnghen, la jeune femme nous décrit son « arbre magique qui décompose les odeurs. » En réalité, son socle à 5 branches propose 5 interprétations différentes de l’odeur de la rose.

museeparfum3valentinepuaux.jpg

« Sur chaque branche, on trouve un bulbe. Et dans chaque bulbe on trouve une interprétation différente de la rose. Ici, vous avez l’alcool phénylétylique. Une odeur très forte. Et là, le géraniol. Puis des odeurs plus douces, qui sont les interprétations des parfumeurs. Et pour garder l’odeur, rien qu’un petit système de ventilation intégré avec des billes parfumées rechargeables ».

Par ailleurs, si Violette est fière d’avoir donné vie à ses croquis, elle doit en partie la place de Blossom  en ce lieu, grâce à une belle collaboration avec Richard Harvey, le co-fondateur du cabinet britannique Harvey and John.

« En rentrant d’un erasmus à Rome et à Milan, ou je travaillais la scénographie, j’ai eu un déclic. Je planchais sur Blossom avant même de candidater pour exposer. J’ai contacté Richard Harvey pour lui en parler. Puis, nous nous sommes rencontrés à Paris et il a validé mon projet. C’était un coup de boost, en quelque sorte. »

Juste en face de son oeuvre, siège en effet l’« orgue des senteurs » de Richard Harvey. L’innovateur, lui à l’inverse, s’interroge sur la création même d’une fragrance et présente la « palette du parfumeur », dans laquelle se mélangent 25 ingrédients clés. Parmi eux, des odeurs naturelles, ou des odorants étudiés en laboratoire.

parisparfum valentine puaux.jpg

Alors que l’on y retrouve des effluves capiteuses comme la rose et le jasmin, la surprise est de taille lorsqu’on respire les odeurs fortes et musquées. Bergamote, bourgeon de cassis, tubéreuse, que de notes qui surprennent et font appel à des images. Au même moment, si certains trouvent leur madeleine de Proust, d’autres portent ces petits globes au creux de l’oreille pour prendre note d’une anecdote.

richardharvey project musee parfum valentine puaux.jpg

Comme un pied de nez à la 3D, il est possible d’écouter une courte histoire sur la senteur sélectionnée. Grâce à un petit micro intégré, on apprend par exemple que Louis XVI aimait l’essence de Oud ( bois fossilisé) et que l’odeur du gazon porte un nom bien spécifique : celui d’exénol…

Perdus entre deux mondes, oscillant entre le rêve et la réalité, la science et le conte de fées, on finit par retrouver, doucement, l’odeur de la ville. Celle de la pluie s’égouttant sur les pavés, comme celle de  la cendre froide au creux de nos mains. L’expérience sensorielle s’arrête, pourra reprendre. Mais pour d’autres, l’évasion débute. Ce musée est juste un petit coin de paradis, un poumon entre deux artères du périphérique qui se cache derrière quelques gratte-ciels.

conceptstoreparfum valentinepuaux.jpg

conceptstoreboutiquevalentinepuaux.jpg

Un concept store

flaconparfum valentine puaux.jpg

Liste comité scientifque cf communiqué de presse sur le site officiel*

Valentine Puaux

Publicités

Si ça vous plait, vous pouvez commenter. Renseignez un mail ou un nom pour que je puisse vous faire un retour. Merci de votre visite !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s