La Seine est pleine de revolvers : le polar qui fait douter de ses amis

 

ferriere_la-seine.png

Pour quelles raisons aimez-vous votre meilleure amie? Quels secrets inavouables pourriez-vous lui confier ? Serait-t-elle capable de vous suivre dans un terrible projet, quitte à tout perdre ? Posez-vous la question avec la Seine est pleine de revolvers, ouvrage à suspense de Jean-Pierre Ferrière, sorti chez French Pulp éditions en septembre 2017.

Et si, une simple rencontre du passé suffisait à faire basculer votre petite routine parisienne ? Qu’elle vous réveillait comme la douleur d’une aiguille plantée dans le pied ? Fanny vit avec Edouard, Marion avec Vincent. Jusqu’au jour où les deux amies, très complices 16 ans auparavant, se retrouvent par hasard et se racontent leurs aspirations perdues, l’état de leur couple et leur carrière en berne.

Plus de passions, pas d’enfants, des conjoints trop fiers, alcooliques et envahis par leur travail, c’est la claque ! Elles n’ont plus qu’une cause commune qui les anime : réapprendre à vivre pour elles-mêmes !

Mais lorsqu’une femme rumine frustrations, jalousies et rêves inachevés, de terribles machinations se mettent en place pour se venger de la vie et avoir un semblant de reconnaissance… car ces deux parisiennes se prépareront au meurtre !

Tel est le fil rouge de Jean-Pierre Ferrière, auteur friand de polars, qui fait perdre la tête à deux héroïnes charismatiques, prêtes à tout pour se faire justice. Quitte à descendre aux enfers d’un commun accord et faire preuve d’un grand sang-froid face aux enquêteurs…

Manipulations, jalousies, histoire d’héritage familial, le duo en escarpins et gants de velours ira t-il au bout de son terrible projet ? Passera t-il outre les failles du binôme, comme la remise en cause du passé, la gestion du stress et le sentiment de culpabilité ? Difficile de garder sa carapace lorsque votre meilleur allié sait sonder votre âme ! Pas facile de rester concentré sur son but non plus, quand d’autres personnages de second plan s’emboitent aussi dans l’intrigue…

Aux « Embruns » dans la demeure normande familiale isolée de tout, en tout cas, les lecteurs en tout cas, auront leur dose de suspense à huit-clos !

Un conseil avant d’entrer dans l’histoire : repensez votre répertoire et n’avancez aucune théorie. C’est en prenant ses aises et se fiant aux apparences, qu’on est berné le premier.

Valentine Puaux

Publicités

Si ça vous plait, vous pouvez commenter. Renseignez un mail ou un nom pour que je puisse vous faire un retour. Merci de votre visite !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s