EXPÉRIENCE : Aujourd’hui je suis baby-sitter d’écureuil

igor-talanov-743845-unsplash.jpg

Igor Talanov, Unsplash

Certains vous diront qu’ils ont déjà gardé un chat, d’autres une fouine, une tortue confortablement installée dans la baignoire, ou encore une perruche mais un écureuil, qui de plus s’endort avec un petit son techno, probablement pas !  Aujourd’hui, c’est mon cas et c’est… à la fois tendre et bizarre. Voici pourquoi.

 Tu es déjà venue, tu connais Pistache, non ? Ledit Pistache, non, je ne l’avais jamais vu. Jusqu’à ce que mon ami qui habite à l’étranger, m’invite pour quelques jours, m’ouvre la porte de chez lui, le sac sur le dos, prêt à partir pour rendre un service à un autre et me présente sa peluche de compagnie. Tu verras, il est très vif et très alerte mais promis, il ne mord pas, me dit-il en me lançant les clefs à la volée.

Contrairement à ce qu’on pense, cet animal n’est pas toujours agressif ou porteur de la rage (comme la chauve-souris par exemple). L’écureuil est même extrêmement résistant à de nombreux parasites et dévore divers champignons toxiques pour l’homme. Ses faiblesses : les attaques de puces, de tiques et d’acariens. Mais ici pas de risques, il vit dans une maison !

Le cours de sciences dispensé, je prends mes aises sur le canapé, où s’éparpillent déjà quelques résidus de bois et de fruits à coques mâchouillés. La faute au grignotage vital de la bestiole en panache ! Amusée, attendrie par ce spécimen appelé écureuil d’Amérique, ou écureuil de Hudson, je le regarde mener sa petite vie, pris entre l’observation d’une noix bien ronde et sa toilette quotidienne.

Eh bien quoi, ce n’est pas ce chipmunk aux yeux en pépite de chocolat qui va m’impressionner, si ?

La bête rentre, sort de la cage, bondit d’une étagère à l’autre, réfléchissant toujours à sa trajectoire avant de bondir. Trop de mouvement finit par m’agacer. Je l’appelle pour l’avoir au creux de mes paumes. Le 300grammes se dresse sur ses pattes arrière et gobe son fragment de noisette. Oui c’est toi que j’appelle Tictac. Mon ami a beau lui avoir refait sa culture musicale avec le son de ses enceintes high-tech et fait goûter (par inadvertance) des miettes de chips dans la cuisine, l’animal n’en reste pas moins domestiqué. Attiré par une vie sauvage d’intérieur, dans les plus hautes branches de sa cage (déjà immense pour la pièce).

Et là, surprise, le rongeur acrobate qui par nature est diurne, se montre hyperactif. Vous pensiez qu’après s’être gavé de glands la mascotte hibernait tout l’hiver ? Pas du tout ! Du matin jusqu’au soir, l’écureuil s’invente des parcours !

Tous aux abris, l’omnivore lâche son pique-nique frugal et me saute à la gorge. Ca y’est, il me prend pour un arbre. SON arbre !

 Le chickaree s’accroche le long de ma jambe, se hisse sur mon épaule, étonné que je pousse des petits cris puis s’éparpille en zig zag dans le studio. Fin de la balade. Entracte, que j’aimerai lui dire. Mais non, il ne comprend que l’odeur des graines de tournesol. J’ai deux minutes pour me préparer un casse-croûte avant la prochaine attaque frontale. La règle d’or : surveiller mon sandwich entre deux séquences d’une série télévisée. Sociable, sans scrupules, mon ami n’a pas menti sur le cv de son compagnon frétillant. En ce qui concerne la ration, c’est un opportuniste : il pourrait commettre un larbin bien plus gros que sa carrure. La planquer sous le tapis ou entre deux pages d’un livre.

sven-fischer-730269-unsplash.jpg

Sven Fischer, Unsplash

La nuit tombe, le Hudson s’apaise, se roule en boule et cherche l’obscurité. J’ai fermé toutes les issues, pas de chance qu’il imite Tarzan au dessus des immeubles de la ville. Je ferme doucement la cage et soupire enfin. Dieu qu’ils sont cardiaques ces petits êtres bourrés de lipides  ! Eh oui, 300 à 500 battements du cœur par minute, les copains ! C’est un athlète !

Exténuée par ce baby-sitting hors du commun, à vérifier que tous les bocaux sont sous scellés et que sa réserve alimentaire n’a pas pourri entre temps car elle pourrait le rendre malade, je m’assoupis.

6h30 du matin et le jogging du rabat-joie de la forêt débute.

J’ignore le Tamia avant de céder au chantage de ses griffes qui font tac tac sur le rebord métallique de sa cage. 7 h 30, je hisse un pied hors du canapé et mon pote me regarde ébahi. Merci d’avoir été là, mais éclaire moi sur un mystère : comment t’as fait pour dormir ? Moi j’ai dix ans de boules Quies devant moi !

On sait maintenant qui du maître ou du sciuridé, hiberne le mieux ! Après cette expérience, je crois que je préfère encore la petite plainte irrésistible du chat et ses coussinets appuyés sur mon front.

Et vous, avez-vous déjà gardé des animaux insolites ou turbulents ?

 

* Cet article est issu d’une réelle expérience mais pas en France. En effet, il est interdit par la loi française, de détenir un tel animal chez soi. Il faut l’avoir déclaré en préfecture. Et plusieurs arrêtés complexes définissent les conditions de détention de cet animal. En Belgique, l’arrêté royal autorise la vente de certains Sciuridés. Vous pouvez également vous renseigner en animalerie afin d’obtenir un Certificat de Capacité, ou auprès de personnes possédant des N.A.C ( nouveaux animaux de compagnie).

Valentine Puaux

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Si ça vous plait, vous pouvez commenter. Renseignez un mail ou un nom pour que je puisse vous faire un retour. Merci de votre visite !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s