SÉRIE TV : La trêve, l’enquête belge frissonnante à succès

 

Capture d’écran 2018-09-24 à 12.18.07.png

Cet automne, les cinéphiles vont pouvoir frissonner sur Netflix. Une nouvelle série policière belge intitulée la Trêve, vient concurrencer les productions françaises et hanter les esprits des téléspectateurs les moins téméraires ! Écrite par Stéphane Bergmans, Benjamin d’Aoust et réalisée par Matthieu Donck, elle met en scène la mort d’un jeune joueur de foot d’origine africaine dans le village belge d’Heiderfeld. Et ici, si tout le monde se connaît, n’importe qui peut avoir commis ce meurtre…

Au petit matin, l’inspecteur Yoann Peeters (Yoann Blanc), au profil irritable, est appelé en renfort sur le terrain pour identifier un cadavre flottant dans la rivière. Il s’agit du corps d’un jeune joueur de foot d’origine africaine, adhérent du club local d’ Heiderfeld. Son corps est parsemé de blessures et il porte une entaille à l’arrière du crâne. La scène de crime est bouclée, les habitants priés de rester à disposition de la police.

Et dans un petit village où tout le monde se connaît, entraîneurs, commerçants, fermiers, politiciens, chasseurs, policiers, concierges et étudiants, les langues se délient rapidement.

S’est-il vraiment suicidé du haut d’un pont ? Qui en voulait au jeune immigré souriant et discret que tout le monde adorait ? A t’-il été tué pour avoir possiblement volé de l’argent ? Éliminé pour avoir découvert des complots dangereux ? Quelqu’un était-il jaloux de la situation de Driss Assani (Jeremy Zagba) ?

Tant de questions qui agitent l’esprit des téléspectateurs prêts à traquer l’assassin dans les forêts luxembourgeoises pendant près de dix épisodes à suspense.

Ainsi, La Trêve met non seulement notre esprit d’analyse à l’épreuve afin d’identifier le coupable mais sonde également le mental des habitants du village, forcés d’avouer au grand jour, leurs plus grandes hontes, tabous de famille et vices cachés. Des voisins qui pensaient bien se connaître mais qui, en réalité, tentent de sauver les apparences. Car une fois la nuit tombée et les rideaux tirés, la convivialité disparaît.

Le petit plus du programme ? Utiliser le schéma classique de l’enquêteur rongé par ses démons du passé, veuf et psychologiquement instable pour détruire nos convictions et nous faire vaciller à tout moment. Y compris ses collègues de la Gendarmerie, inquiets de lui confier certains dossiers ou de le voir pointer son arme avec sang froid…

Et si le loup était déjà dans la bergerie ? Croyez-le, ou non mais l’assassin est souvent plus près de vous que des bois et de la scène de crime. Un conseil en regardant les premiers épisodes : ne manquer aucun détail et ne faire confiance à personne !

Enfiler l’uniforme bleu vous inspire et traquer les ombres au faisceau de la lampe de poche vous anime ? Sachez qu’avant même d’entrer dans l’histoire, une deuxième saison est en cours de tournage. La suite de La Trêve, véritable claque visuelle, sera diffusée sur la RTBF avant la fin de l’année 2018.

Valentine Puaux

 

Publicités

Si ça vous plait, vous pouvez commenter. Renseignez un mail ou un nom pour que je puisse vous faire un retour. Merci de votre visite !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s