Espionnage : L’enquête pour découvrir qui sont les femmes les plus secrètes de la République

 

espionnes.jpg

Qui n’a jamais perçu les espionnes françaises comme une légende ? Cinéma, Littérature, publicité du XIXème siècle, de nombreux milieux ont sexualisé la profession pendant des siècles. Pourtant, ce sont elles qui manipulent la société pour nous protéger au sein de la République. Dalila Kerchouche, ancienne journaliste à L’Express et Grand Reporter au Figaro Madame les a rencontrées. Témoignages féministes et poignants, au coeur des cellules de renseignement.

Quoi de plus audacieux que d’écrire un livre sur l’espionnage au moment des attentats de Paris ? De s’engouffrer dans une enquête auprès de grandes institutions françaises, au moment où les cris des associations féministes s’élèvent d’une seule voix pour prôner l’égalité des sexes ? Deux défis qu’à pourtant choisi de relever la journaliste et reporter Dalila Kerchouche, également connue pour avoir reçu le prix de l’Association des femmes journalistes à l’âge de 21 ans, en se lançant dans Espionnes.

Une enquête publiée en 2016 au cours de laquelle elle se glisse au plus profond des cellules du renseignement pour comprendre qui sont ces femmes et mères de famille qui se veulent à la fois féministes au milieu des hommes et prêtes à traquer des terroristes ou des fichiers S.

Un document grâce auquel elle recueille pendant plus d’un an et non sans essuyer des refus de la part de certaines directions, la parole d’une cinquantaine de femmes, vivant alors sous une double identité. Des héroïnes de l’ombre sensibles qui subissent autant de mépris, de machisme au travail et en mission, que du stress et le poids de leurs propres choix dans leur sphère intime. Des espionnes qui voudraient faire du shopping entre amies et pas toujours voyager sous une fausse identité en redoutant les tirs des kalachnikovs.

Si au fil des pages le lecteur fait connaissance avec Silvia, arrivée parmi « soixante gars » pour effectuer des filatures et aujourd’hui aux services secrets douaniers, il rencontre également Daphnée, une pointure qui intercepte les trafiquants de drogue et les revendeurs d’armes.

Capture d’écran 2018-09-28 à 17.37.48.png

De chapitre en chapitre, il découvre aussi les missions du lynx Anna, dans les couloirs calfeutrés de Bercy ; elle anticipe les attentats en repérant les micro-financements d’individus signalés. Et se voit intrigué par l’intimidante Romane, experte en radicalisation à la DGSI. Plongé au cœur des renseignements extérieurs, il vibre en apprenant les journées chargées de Bérénice, en relation avec les 28 pays de l’OTAN.

Enfin, il pénètre avec l’auteur dans la cellule du Levant, dans laquelle Lucia livre un souvenir traumatisant d’un attentat à la voiture piégée en Irak. Puis, se laisse surprendre par le mimétisme de Charlotte. Elle est diplomate le jour et habitante locale le soir pour approcher ses sources au Moyen-Orient.

Glisse de paragraphe en paragraphe pour s’émouvoir du récit de Jeanne. Une maman self-control qui, poussée dans ses retranchements,  fait tomber l’armure pendant l’interview: victime de l’hyper-vigilance dans la rue, elle doit aussi mentir à ses proches pour les protéger du danger. Quitte de nouveau cette espionne pour aussitôt serrer la main d’une autre. Margot, cette fois, qu’on prend pour la stagiaire mais dont on loue le courage et ténacité pour analyser les vidéos crues publiées par l’Etat Islamique…

Oui, sous leurs airs disponibles, amicaux, charmeurs, ou à l’inverse cordiaux, froids et autoritaires, les apparences sont trompeuses. Dalila Kerchouche l’a bien compris mais croise surtout des portraits d’ambitieuses qui ont toutes le cuir et le mental pour le poste choisi. Des armes pour revendiquer leur féminité et leur juste valeur, une motivation à faire changer les codes de la société.

Comme le dira d’ailleurs l’un de ces agents interviewés, « 25% de femmes dans le renseignement, ce n’est pas suffisant. Il faut atteindre cette masse critique de 40% de femmes : au-delà de ce tiping point, le regard change, on oublie le genre, on ne voit que la compétence.» Ainsi, il suffit d’écouter la parole de ces ombres de la République pour comprendre qu’elles aimeraient faire part entière au décor et ne plus être, une figure féminine d’exception au sein de leur équipe. Une femme téméraire mais une collègue comme une autre devant les hommes.

Complétez cette lecture avec le film Zero Dark Thirty, Le Bureau des légendes ou encore la série Homeland et vous deviendrez incollables sur ces femmes de l’ombre. Celles qui savent tout de nous mais dont on ne saura jamais rien !

Faites attention, la voisine sournoise vous cache peut-être quelque chose !

Aux Éditions J’ai Lu ou aux éditions Flammarion

Si cet article vous a plu, lisez aussi un contenu sur Mata Hari

Valentine Puaux

Publicités

Si ça vous plait, vous pouvez commenter. Renseignez un mail ou un nom pour que je puisse vous faire un retour. Merci de votre visite !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s