La maison des pendus : Votre golf ne sera plus jamais comme avant

 

Capture d’écran 2018-10-27 à 15.24.45.png

 

Victor Senga, chef-jardinier du golf du Val des Sources et son chien ont été assassinés dans la cabane de chasse du domaine. Selon les rumeurs, il posséderait un beau pactole. Autour de lui gravitent plusieurs employés de simple condition :Marcus qu’on amadoue facilement, Lucie aux yeux de biche à la réception, Marie, Maxime et Jo payés pour tondre le gazon mais davantage passionnés de chasse que d’entretien d’espaces verts. Un beau paquet de suspects dans cette vallée bourguignonne inventée par Jean-Paul Nozière. Prêts à résoudre l’enquête ?

 Alors que certains riches habitués du dimanche paradent avec leur club de golf au Val des Sources, d’autres envient secrètement les conditions de cette clientèle. Du haut de la colline, Victor Senga, le chef-jardinier et bras droit du propriétaire du domaine, les observe faire leur swing sur les pelouses et faire leurs grips entrecroisés. Son passé en Afrique de caddy est méconnu de tous mais sa fortune attise les convoitises. Pourquoi un homme noir pourrait-il diriger la maisonnée et gagner plus d’argent que les blancs, pensent ses collègues jaloux. Comment a t-il aussi vite gravi les échelons et gagné le respect ?

Mais bientôt, Victor n’est plus. Quelqu’un décide de l’abattre dans les bois avec un fusil de chasse.

Est-ce un adhérent du club enragé au sujet d’un différend ? Le meurtrier se cache t-il parmi les employés ? Victor a t-il eu le malheur d’être confondu avec un sanglier ? Ou bien s’agit t-il d’une figure du passé, ressurgie pour se venger ?

Dans une ambiance polaire digne d’un cluedo, Jean-Paul Nozière, auteur d’une quinzaine de romans policiers dont Chère Béa en 1995, nous plonge dans la vie d’habitants de simple condition, évoluant dans une vallée bourguignonne isolée de tout. Un site de plusieurs hectares qui, une fois délaissé par les sportifs, devient le théâtre de bien des spéculations.

À la nuit tombée, les terrains d’ordinaire si accueillants du Val des Sources deviennent en effet le raccourci des chasseurs qui rejoignent la forêt. Le décor posé, il ne reste plus qu’à l’auteur d’imprégner le soupçon et de pousser le loup hors de la bergerie.

Un ouvrage dans lequel l’écrivain explore toutes les facettes de l’humanité pour lui extorquer la vérité et dans lequel il manipule ses lecteurs comme des pantins à ficelles. Comble de l’ironie, les apparences des personnages sont trompeuses et la roue du destin finit par tourner. Si la faim justifie les moyens, la chute que vous réserve Jean-Paul Nozière, est sans précédent. Les craintes s’effondrent mais stop.. on n’en dit pas plus !

Amateurs de frissons ou de simple philosophie de la vie, chacun devrait trouver en La maison des pendus, ses intérêts. A compléter avec le roman d’Agatha Christie porté sur la même thématique, Le Crime du golf (1923). Alors qui ose encore pousser le caddie sur le green ce week-end?

La Maison Des Pendus
French Pulp Editions
18 euros

La-Maison-des-pendus.jpg

 

Valentine Puaux

Publicités

Si ça vous plait, vous pouvez commenter. Renseignez un mail ou un nom pour que je puisse vous faire un retour. Merci de votre visite !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s